Selon une étude franco-québécoise menée il y a quelques années, certaines professions favorisent l’apparition de l’arthrose. En effet, les femmes de ménage, les agriculteurs ou les employés des secteurs de la construction et du textile ont plus de risque de souffrir de cette maladie que les autres catégories professionnelles.

Les métiers à risque

arthrose et travail

Dans le cadre professionnel, certaines tâches peuvent générer des problèmes aux articulations et aux muscles. Ces affections sont appelées troubles musculo-squelettiques. L’arthrose peut en faire partie.

En effet, la sollicitation trop importante des articulations peut générer des lésions microscopiques qui peuvent traumatiser les articulations et ainsi entraîner l’apparition d’une arthrose.

Des chercheurs français et un médecin du travail canadien ont procédé à une large étude. Les résultats montrent que la prévalence de l’arthrose chez les femmes de ménage est 6 fois plus élevée que dans la population générale.

Les artisans et les ouvriers qualifiés de type artisanal sont également touchée avec une prévalence de la maladie apparaît entre 2,5 et 6,3 fois plus élevée que dans la population générale. En effet, les utilisateurs de marteau-piqueur, d’engins de chantier… sont soumis à des vibrations mécaniques et des chocs répétés.

Les statistiques montrent également que les artisans comme les maçons, peintres, plombier et surtout les ouvriers de l’industrie souffrent d’arthrose de manière plus précoce que les autres professions. En effet, les premiers symptômes peuvent apparaitre à l’âge de 55 ans pour 76,5% des hommes et 71,4% des femmes, contre seulement 49,7% dans le reste de la population. Cela s’explique par le fait que les travailleurs de cette catégorie professionnelle commencent leur activité professionnelle alors qu’ils sont jeunes.

Les opérateurs de saisie informatique, les pianistes ou les couturières, qui réalisent des gestes souvent très répétitifs, peuvent souffrir d’arthrose des mains.

Les personnes qui travaillent souvent en position agenouillée comme les carreleurs, les cadreurs, les plombiers…peuvent eux souffrir de gonarthrose, c’est-à-dire l’arthrose du genou.

La prévention

Selon une étude menée par le journal d’Occupational and environmental medicine, l’arthrose pourrait être mieux contrôlée grâce à des actions de prévention sur les lieux de travail.

Selon les chercheurs de cette étude, ces résultats montrent que de nouvelles études doivent être entamées afin de mieux comprendre le lien entre les différents types d’arthrose et les risques professionnels, dans le but d’améliorer la qualité de vie de ces futurs patients.

Afin de protéger les travailleurs, il faut, dans l’idéal, éviter les régimes de travail répétitifs. Des solutions doivent donc être mises en place afin de soulager les travailleurs comme la rotation, l’élargissement et l’enrichissement des tâches ou encore le travail en équipe.

Si l’élimination de ces tâches répétitives est impossible, des stratégies de prévention, des outils, des équipements adaptés doivent être mis en place, de même que les méthodes de travail doivent être revues.

Le site AMeli.fr, le portail de l’Assurance Maladie, propose plusieurs solutions pour agir sur les facteurs favorisants.