Cadres : comment soigner votre e-reputation ?

Aujourd’hui, soigner son e-reputation n’est plus réservé aux grandes marques.
Chaque individu doit soigner son identité numérique, notamment dans le cadre d’une recherche d’emploi pour les cadres.
Par où commencer et comment améliorer son e-reputation ? Nous faisons le point.

e-reputation cadres

Commencer par une veille et analyser sa situation

Dans un premier temps, une simple recherche sur les différents moteurs de recherche (Google en tête), vous permettra de voir où vous en êtes.
Analysez la situation : un homonyme apparait-il dans les premiers résultats ? Des travaux universitaires que vous souhaiteriez cacher remontent un peu trop haut dans les moteurs ?
Grâce à ce bilan, vous pourrez définir des objectifs concrets pour améliorer la situation.

Etre actif sur les réseaux sociaux… sans trop en faire

Tous les spécialistes du secteur sont d’accord pour avancer qu’une présence sur les réseaux sociaux est indispensable… si elle est bien cadrée ! En effet, posséder un compte Viadeo et un compte Linkedin nous semble indispensable, mais ce n’est pas suffisant.
Il faut alors trouver le bon compromis entre partage de connaissances ou d’informations et perte de productivité néfaste.

Optimisez votre temps et faites des choix pour éviter de donner une image brouillon et trop dispersée. Vous pouvez par exemple partager une infographie sur le salaire des cadres en France, mais il conviendra d’éviter de commenter votre salaire actuel de façon publique !

Prouvez ses compétences en ligne

Si le CV (qu’il soit sur papier ou sur les différents réseaux professionnels) permet de donner un aperçu de vos compétences, il ne permet pas d’agir comme preuve.
Pour donner un vrai coup de pouce à votre e-reputation de nombreux blogs d’actualités sur les ressources humaines conseillent aux candidats de se placer comme « expert » d’un domaine.
Grâce à des articles de blogs pertinents, une plateforme de micro-blogging, des forums professionnels, des travaux en ligne, vous pourrez prouver à vos futurs recruteurs que les compétences évoquées dans le CV (maîtrise d’un logiciel par exemple) sont vraies.