memoire-cerveau-conseils-booster-etudes-apprendre-sante

Qu’il s’agisse de retenir les dates d’anniversaire de nos proches, un code de CB, le nom d’un acteur ou tout un cours de trigonométrie, vous devrez faire appel à votre mémoire ! Pour l’entretenir, voici 5 astuces pour garder un cerveau en forme.

 

  1. Utiliser des moyens mnémotechniques

Liste de courses, théorèmes mathématiques, planètes du système solaire, états américains… nombreuses sont les occasions de se lancer le défi de tout retenir sans support. Avec les nouvelles technologies, on est davantage tenté de se créer une note mémo plutôt que de faire l’effort d’apprendre par cœur.

Mais, souvenez-vous, dans votre lycée privé parisien, devant votre feuille pendant le bac blanc, aviez-vous une note sous la main ? Non, et pourtant vous avez réussi haut la main. En entrainant votre mémoire, vous faites pleinement confiance à votre cerveau qui regorge de capacités, dont certaines sont encore même insoupçonnés par la communauté scientifique.

Pensez aux moyens mnémotechniques : cela consiste à trouver la phrase, l’idée qui relie les mots à retenir. Ce fil directeur va, de fil en aiguille, vous permettre de retrouver chaque élément de l’ensemble sans mal.

Exemples :  « Mais où est donc Ornicar » pour les conjonctions de coordination, HOLMES pour les grands lacs d’Amérique du Nord… le tout est que la phrase retenue ait un sens ou ramène à une notion que vous connaissez déjà.

 

  1. Faire confiance au chiffre 7

Chiffre magique, le 7 est en lien avec la capacité de stockage à court terme. Essayez, vous verrez : mémorisez les mots, phrases ou chiffres par séries de 7 unités.

Il faut retenir qu’une donnée isolée est plus compliquée à retenir. En moyenne, nous sommes capables de retenir durant quelques secondes de 5 à 9 unités.

Quel que soit le nombre de caractères dans chaque mot, la règle de 7 est infaillible. Fruit de denses recherches sur le neuro-apprentissage, elle a fait ses preuves aussi bien auprès des enfants que des adultes.

 

  1. Écrire à la main

Écrire à la main présente un avantage cérébral majeur. Les stylos et papiers se font rares depuis que les supports numériques dominent le quotidien. Mémoire, créativité : le vrai secret est dans la plume, le crayon et non le clavier.

Les neurologues sont formels : l’écriture à la main est indispensable à l’apprentissage et donc au travail de la mémoire. Lorsqu’on tape à l’ordinateur, on ne fait que retranscrire ce que l’on entend ou voit, tandis que la prise de note sur papier demande un traitement de l’information cognitif qui facilite la mémorisation.

Pour chaque lettre formée sur le papier, notre cerveau commande une mémoire dite « motrice » inexistante lorsqu’on retranscrit sur un clavier. Si vous êtes étudiant, dans votre lycée de Versailles, sur les bancs de la fac à Bordeaux ou en doctorat à Lyon, dites-vous que prendre le stylo c’est aussi réduire drastiquement le temps que vous mettrez à assimiler les connaissances.

 

  1. Appliquer les connaissances

Pour « fixer » durablement les connaissances, il suffit de les appliquer. Pour retenir une recette, cuisinez-la. Pour fixer un théorème mathématique, faites plusieurs exercices. Pour apprendre durablement les états américains, remplissez une carte à trous.

Plus vous pratiquez, plus votre mémoire s’entraîne à retenir. Il suffit de percevoir le cerveau comme un véritable muscle. Et qui dit muscle, dit régularité. Nul bodybuilder ne passe une journée sans soulever de la fonte. Alors, pour devenir un as de la mémorisation, imposez-vous des exercices concrets chaque jour. Vous verrez rapidement apparaître de nouvelles facilités.

 

  1. Se mettre au sport

C’est prouvé, le sport améliore la mémoire. Pendant et après l’effort, le cerveau sécrète des endomorphines, stimulant le volume sanguin dans les cellules grises. Mieux nourris, les neurones se démultiplient plus facilement.

Encore plus étonnant, le sport augmente le taux de BDNF. Cette super protéine joue un rôle clé dans la création de nouvelles connexions neuronales. La mémoire à long terme s’en retrouve boostée. Ainsi, courir, pédaler, nager 20 minutes par jour améliore la mémoire durablement. Les bénéfices pour le cerveau, dans le cadre d’une activité régulière, peuvent durer jusqu’à 1 an après avoir stoppé son activité sportive.

En résumé, pour prendre soin de votre cerveau, soyez proactif. Amusez-vous à le stimuler, soyez curieux et faites confiance à vos capacités ! Vous n’oublierez plus jamais rien, ou presque.